Qui sommes-nous ?

 

RESTER SUR TERRE est un réseau mondial de plus de 160 organisations membres, parmi lesquelles on trouve des groupes locaux d’opposition aux aéroports et pour la justice climatique, des ONG, des syndicats, des associations promouvant des solutions alternatives à l’avion comme le train de nuit, et des organisations soutenant les communautés qui luttent contre des projets de compensation ou des plantations pour la production d’agrocarburants. Des militants individuels, des universitaires, des syndicalistes et des personnes intéressées font également partie du réseau.

RESTER SUR TERRE vise à échanger des expériences, à se soutenir mutuellement et à faire campagne ensemble pour réduire le trafic aérien et ses impacts négatifs. Nous sommes également engagés dans la lutte contre des stratégies politiques climatiques problématiques comme la compensation des émissions et les agrocarburants. Nous visons une forme de mobilité compatible avec les limites de la planète et à même de garantir un avenir viable pour nous et nos enfants.

Nous avons besoin d’être nombreux pour faire pression sur le monde politique.

Notre histoire

En 2016, plusieurs groupes d’opposition à des aéroports locaux ont organisé des actions concertées, par exemple à Vienne (Autriche), à Londres (Royaume-Uni), à Mexico, à Istanbul (Turquie), à Sydney (Australie) et à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes (France). Ces actions ont eu lieu en même temps que se déroulait la conférence de l’OACI (Organisation de l’aviation civile internationale) du 27 septembre au 7 octobre, au cours de laquelle l’organisation a décidé de sa nouvelle stratégie de greenwashing. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Nous nous sommes rendu compte que la création d’alliances est fondamentale pour échanger les expériences, se soutenir mutuellement, sortir de l’ombre et impliquer davantage de parties prenantes. Cela peut montrer que les luttes contre les aéroports locaux (souvent présentées comme des conflits de type « pas de ça chez moi ») ne sont pas des évènements isolés, mais qu’elles sont liées à la croissance massive du transport aérien, aux subventions scandaleuses à son industrie, à l’intérêt d’une élite à prendre très souvent l’avion à bas prix et à la proposition de fausses solutions comme la compensation carbone et les agrocarburants. Un changement profond des modes de mobilité ne peut se faire qu’en impliquant de plus en plus de groupes et d’individus afin de faire pression par la base, à la fois localement et à plus grande échelle, en résistant, en faisant bouger les choses et en créant des alternatives.

Notre façon de travailler

Notre réseau se compose de différentes organisations, de groupes militants et d’individus du monde entier (dont beaucoup sont en Europe). Il est coordonné par un groupe dont les membres sont élus lors de chaque réunion du réseau. Une grande partie du travail est effectuée bénévolement, une autre partie est rémunérée. Nous disposons de plusieurs groupes de travail actifs, d’une liste de diffusion et d’une bibliothèque en ligne pour partager des documents. Les décisions qui concernent l’ensemble du réseau sont prises de manière consensuelle. Depuis 2017, nous organisons des réunions de réseau deux fois par an. Les réunions en présentiel (jusqu’à présent toujours en Europe) offrent également la possibilité de participer en ligne, car nous trouvons important que personne ne prenne l’avion pour se rendre aux réunions.

Organisations – Comment devenir membre

Nous voulons construire un mouvement fort et encourager de plus en plus de parties prenantes à devenir des partisans actifs de notre position pour changer le discours public autour du transport aérien et pour exercer une pression politique. Si vous souhaitez rejoindre notre réseau de plus de160 organisations membres, vous trouverez de plus amples informations ici.

Particuliers – Comment s’impliquer

Les personnes qui souhaitent s’impliquer activement dans notre réseau et soutenir notre déclaration de principe peuvent s’inscrire sur nos listes de diffusion et participer aux réunions du réseau. Si vous hésitez à devenir membre, vous pouvez nous soutenir autrement.