Une étude de la Commission européenne apporte des preuves supplémentaires de l’importance de l’impact climatique du transport aérien
novembre 24, 2020
  • Une nouvelle étude de la Commission européenne montre clairement que l’impact climatique du transport aérien est bien pire que prévu.
  • Au même moment, le secteur aérien réuni pour l’assemblée annuelle de l’IATA, réclame aux Etats une rallonge de 80 milliards de dollars.
  • Rester sur Terre (Stay Grounded) demande instamment que l’impact réel total de l’aviation sur le climat soit pris en compte et qu’on arrête de distribuer de l’argent public pour sauver une industrie qui doit se contracter.

24 novembre – La Commission européenne a publié cet après-midi un nouveau rapport rédigé par l’Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) sur l’impact climatique de l’aviation dans sa totalité. Ce rapport est accompagné d’un bref rapport de la Commission . Le réseau mondial Stay Grounded, qui représente environ 170 organisations de la société civile, salue la publication de ce rapport et en souligne l’importance. C’est la première fois qu’un organisme gouvernemental reconnaît le fait scientifiquement établi que le CO2 n’est pas seul en cause, que d’autres émissions ont un impact très important, et qu’au total, l’impact de l’aviation sur le climat est égal à 3 fois celui du seul CO2. Rester sur Terre (Stay Grounded) demande que l’impact réel total de l’aviation sur le climat soit enfin pris en compte dans les inventaires d’émissions et les politiques climatiques et que l’UE cesse de reporter les décisions. Rester sur Terre (Stay Grounded) et d’autres organisations préparent une réponse publique détaillée au rapport.

”Il est très préoccupant que jusqu’à présent, les impacts climatiques du transport aérien non liés au CO2 aient été ignorés. Ce rapport de l’UE était attendu depuis longtemps et il est maintenant urgent d’agir et de prendre enfin en compte l’impact total de l’aviation sur le climat”, déclare Magdalena Heuwieser, porte-parole de Stay Grounded. “L’aviation a été responsable d’environ 6% des émissions d’origine humaine en 2018, ce qui est énorme, surtout si l’on considère que cet impact est causé par une petite minorité de personnes qui prennent effectivement l’avion.” Selon une nouvelle étude toute récente, 1 % seulement de la population mondiale est responsable de la moitié des émissions des avions, et de nombreux grands voyageurs sont européens.

L’Union européenne a la responsabilité de réduire ses émissions liées au transport aérien, c’est-à-dire de les maintenir à un faible niveau après la pandémie. Cela signifie que nous devons cesser de renflouer le secteur de l’aviation avec l’argent du contribuable, et plutôt utiliser les plans de relance pour financer une transition juste vers une mobilité équitable, notamment en garantissant l’avenir des travailleurs, en convertissant les emplois et en investissant dans le rail.”, déclare Magdalena Heuwieser. L’Association internationale du transport aérien (IATA), qui tient sa réunion annuelle aujourd’hui, a déjà annoncé qu’elle avait besoin de 70 à 80 milliards de $. Cette somme viendrait s’ajouter aux 159 milliards déjà accordés par les gouvernements en août 2020. Jusqu’à présent, les compagnies aériennes européennes ont bénéficié de 30 milliards d’euros de renflouement de la part des gouvernements.

Pendant des années, le secteur aérien a affirmé qu’il n’était responsable que de 2 % des émissions de carbone d’origine humaine – un chiffre régulièrement cité pour minimiser la nécessité d’agir. De ce fait, l’opinion publique ne perçoit pas à sa juste mesure le problème posé par le transport aérien et la réglementation de son impact climatique est inefficace. Aucun inventaire d’émissions ni aucune réglementation ne prend en compte les impacts autres que ceux du CO2 : ni les inventaires nationaux de gaz à effet de serre (GES) soumis à la CCNUCC, ni le système de compensation et de réduction de carbone pour l’aviation internationalen (CORSIA), ni le système d’échange de quotas d’émissions de l’Union européenne (SEQE).

En savoir plus :

Contact:
Magdalena Heuwieser

0043/6503773102